Casablanca

Malgré son nom mythique, bien peu de touriste s'aventurent à Casablanca. La capitale économique du pays ne possède, a priori, aucun de ces monuments qui charment le visiteur. Elle semble trop moderne, trop bourdonnante.

Symbole du Maroc actuel, c' est ici que s'écrit une partie de l'avenir du royaume. Mais ce rôle de métropole du futur, Casablanca l'a toujours eu. Dans les années vingt , la ville blanche fut un formidable laboratoire d'urbanisme. Elle garde de cette époque l'un des plus beaux ensembles d'architecture Art déco que l'on puisse découvrir. Il suffit de lever les yeux pour apercevoir une coupole ornée de frises, ou un jeu aérien de colonnades. Dans le centre, le quartier d'Anfa, sur la corniche ou dans la médina des Habbous, la ville témoigne de ces rêves d'architectes.

Casablanca, ville consumériste entre toutes, s'est ornée de par la volonté de son roi d'un phare pour les croyant. La mosquée Hassan II, conçue par un architecte français, ne laisse la présence par la taille qu'à la Mecque, mais le raffinement de son intérieur la place au tout premier rang des grandes réalisations du monde musulman.

Découvrir Casablanca.

les promenades

1-le centre ville. les amateur d'architecture Art déco y découvriront l'un des plus beaux ensembles des années 20. La médina, qui constitue la fin de cette promenade, présente peu d'intérêt et l'ambiance n'y est pas toujours très plaisante.

2-la corniche. Apres la visite de la mosquée Hassan II, on découvrira le coté balnéaire de la ville avec ses cafés au bord de l'océan, ainsi que l'étrange marabout de Sidi Abd er Rahman avant de revenir par Anfa, le quartier résidentiel.

3-vers le quartier des Habous. Cette promenade vers un quartier créé de toutes pièces dans les années 20 séduira les amateurs d'architecture et d'urbanisme.

Vivre Casablanca.

Casablanca est bruyante. A peine le feu est il au vert que toutes les voitures klaxonnent. La circulation y est d'ailleurs particulièrement dangereuse. Mais Casablanca est aussi une ville moderne et dynamique fort éloignée des clichés traditionnels du Maroc.

Casablanca mode d'emploi.

le centre, qui d'articule autour des places Mohammed V et des Nations unies, se visite à pied. Les autres promenades nécessitent l'utilisation d'un véhicule. Automobilistes et piétons, méfiez-vous de la circulation. On évitera, par exemple, les démarrages intempestifs aux feux verts, un feu rouge étant loin de vous prémunir d'un bus arrivant à toute vitesse.

Programme.

Un jour peut suffire pour avoir un bon aperçu de la ville. Mais les amateurs d'architecture y passeront avec plaisir un jour de plus.

1er jour. La matinée sera consacrée à la visite du centre ville puis de la mosquée Hasan II . On se rendra ensuite à la corniche ( Ain Daib), où l'on pourra voir le marabout de Sidi Abd er Rahman ( environ 3 km après Ain Diab). Retour par le quartier d'Anfa.

2e jour. Le matin, visite du quartier excentré des Habbous. puis déjeuner au port avant de poursuivre par l'ancienne médina et une visite approfondie du centre-ville.

Casablanca dans l'histoire.

Anfa. Ce site, aujourd'hui quartier résidentiel à l'ouest de la ville, semble avoir été connu des Phéniciens dès le VI. il a pu être habité à une époque bien anterior, comme en témoignent plusieurs vestiges d'industrie paléolithique et l' "homme de Casablanca", découvert en 1955 dans la carrière de Sidi Abd er Rahman.

Le site prend le nom d'anfa avce l'occupation arabe devient la capitale du royaume berbère des Berghouta, d'obédience Kharidjites. Au XII le royaume est conquis par le sultan almohade Abd el Mou'men. Il conserve ses fonctions portuaires. El Idrissi géographe de Roger III de Sicile, cite Anfa comme escale de chargement de fret céréalier.

Des corsaire sur les côte portugaises. Petite ville prospère, Anfa possède au XV. une flotte corsaire qui porte ka course sur les mers européennes, en particulier à Cadix et sur les côte portugaises. En 1468 l'infant don Ferdinand du Portugal à la tête d'une armada de 50 vaisseaux, mène une expédition punitive qui aboutit au sac d'Anfa. Quarante ans plus tard, les "fustes" des corsaires d'Anfa sont de nouveau actives, suscitant une nouvelle expédition punitive en 1515.

Casa Branca, Dar El Beida. Soixante ans plus tard les portugais,déjà bien implanté à Mazagan ( El Jadida ), investissent Anfa et la reconstruisent en la fortifiant sous le nom de Casa Branca. Anfa apparaît, jusqu'au milieu du XVIII, comme un avant poste militaire protégeant la route de Mazagan, harcelée par les incursions des tribus voisines. Les Portugais l'abandonnent après le tremblement de terre de 1755. Vers 1770, le sultan Sidi Mohammed ben Abdalla relève les ruines et lui attribuer le nom de Dar El Beida, traduction littérale du nom portugais "ville blanche".

Casablanca. Les principaux vestiges de la ville, en particulier la Grande Mosquée et le borj Sidi El Kairouani datent de l'époque  de Mohammed III A la fin du XVIII, les marchands espagnols obtiennent l'autorisation de s'installer. ils adoptent le nom de la ville tout en le traduisant. Dar El Beida devient alors Casablanca. Mais on est encore loin de la ville de dimension internationale : en 1830, le comptoir ne compte que 600 habitants.

La naissance du port. Le véritable essor de la cité,dont l'activité portuaire est inexistante pendant la premières décennies, remonte au milieu du XIX. l'accroissement de la demande européenne en produit céréalier et ne matière premières textiles conduit à l'installation de plusieurs négociants français à partir de 1850. Mais c'est l'Angleterre qui établit la première  une représentation consulaire ne 1857, suivie  par l'Espagne en 1861 et la France 1865. Favorisé par le développement de la navigation à vapeur, qui rend plus facile l'accès aux port en mer libre, Casablanca propose désormais des lignes régulières avec l'Europe. La population, de 8000 habitants en 1860, atteint 20000 habitants en 1907. Le port de Casablanca supplante Tanger et devient le plus important du Maroc.

L'arrivée des Français. Dès le début du siècle, la croissance du trafic rend nécessaire la création d'une infrastructure portuaire moderne. Les travaux sont confies à une entreprise français en 1906. Un ans plus tard, des incidents sur le chantier aboutissent au massacre de neuf ouvriers et au blocus du consulat de France, Ils servent de prétexte à l'intervention militaire française

Lyautey et Henri Prost. Le Résident général au Maroc (1912 - 1925 ) s'attache dès la fin de la première guerre mondiale à l'administration et à la mise en valeur du protectorat. il privilégie la croissance économique de Casablanca, qui devient le premier centre actif du Maroc. Avec l'architecte  urbaniste Henri Prost, il décide des principales options de son développement urbain. Celui-ci connaît deux temps forts correspondant aux plans d'urbanisme de 1916 et de 1946. L'essor spectaculaire dès les années trente s'est poursuivi depuis l'Indépendance.

Casablanca aujourd'hui.

Une ville jeune. Depuis ces année folles, Casablanca a grandi vite, trop vite. La bourgade de 20000 habitants du début du siècle n'a eu de cesse de se développer. Le dynamisme de la cité, l'individualisme des promoteurs et la spéculation foncière ont eu raison des principes édictés " Mosaïque d'agglomérations qui ont leurs visages particuliers, leur atmosphère spécifique, leurs moeurs et leurs figures pittoresques", dit Ahmed Sefrioui. L'image est juste, bien que traduisant poétiquement des contrastes qui peuvent se monter sous un jour plus cru. Ceux-ci se révèlent souvent violents entre les magasins de luxe du centre ville et les bidonvilles de banlieues interminables, entre l'homme d'affaires se frayant à grand coup de klaxon un passage au volent de sa Mercedes le mirage citadin, est venu grossir le monde des journaliers en quête d'aumône ou de  travail. Entre rigorisme et modernité, entre occidentalité et islam, Casablanca synthétise les contradictions du royaume.

Une ville dynamique. Casablanca abrite aujourd'hui près d' un septième de la population marocaine et détient  presque toutes les activités vitales du pays. Le développement du port et celui de la ville vont de pair. réceptrice des marchandise et matière première, elle attire à elle les principaux intérêt du pays et fournit la main d'ouvre pour les exploiter. Pépinière de cadre marocains et d'homme d'affaire étrangers, la ville est le siége des grandes banques, entreprise, société et offices économique du pays, ainsi que des principales firmes multinationales. Cette attraction provoque un déséquilibre par rapport au développement du reste du pays. Le gouvernement essaie en vain de limiter sur la région Casablanca les investissements économiques qui représentaient près de 50 % des ceux effectués dans tout l'état durant les année 80. En définitive, industries alimentaires, métallurgiques, chimiques et textiles, emplois du secteur commercial et tertiaire procurent, malgré le souci d'un chômage souvent trop lourd, du travail à une population qui détient les meilleurs benifices financiers du Maroc, mais paie en contrepartie plus de 50 % des impôts prélevés sur ceux-ci.

Le Centre ville.

Agité et bruyant, le centre de Casablanca offre une remarquable unité architecturale. On s'en apercevra dès le début de cette promenade en contemplant la place des Nations Unies conçue par Joseph Marrast. Au fil des rues et des avenues, on lèvera systématiquement la tête pour apercevoir de-ci, de là, une colonne, un encorbellement, une frise. Pas vraiment d' immeubles qui se détachent du lot, mais une succession de battisses qui  font de Casablanca l'un des ensembles Art Dèco les mieux conservés du monde.

Départ : place des Nations Unies.

Durée : 2 h à 3 h ; prévoir 30 mn en plus avec la visite de la médina.

Sur la place des Nations unies, centre administratif de Casablanca, s'élève l'ensemble architectural le plus harmonieux de la ville. il a été conçu en 1920 par l'architecte Joseph Marrast. Les volumes sont rythmés par des séries d'arcades et rehaussés par l'emploi d'une pierre blonde qui apporte une nuance colorée sur les façades blanches. Une fontaine lumineuse, sur le coté ouest, fonctionnes le week-end.

Le coté este de la place est bordé par le palais de Justice, auquel un perron donne accès. Sur la droite, le consulat de France est précède de la statue du maréchal Lyautey, par Fr. Cogné 1933. Elle se trouvait autrefois a centre de la place. Au sud se trouve la préfecture, au nord le bâtiment des Postes ( dessiné par Adrien Laforgue)

Au fond de la place des Nations Unies, la rue Abderrahman Sehraoui conduit directement au parc de la ligue Arabe.

Le parc de la ligue Arabe, aménagé en 1918, continue une agréable zone de verdure. On y verra surtout au nord les flèche de l'ancienne cathédrale du Sacré coeur qu'éclairent des claustras de béton. Construite en 1930 par Paul Tournon, elle ne sert plus aujourd'hui de lieu de culte.

Le Casablanca Art déco. un grand nombre de bâtiments de cette période se trouvent dans un périmètre compris entre l'avenue Hassan II , le boulevard El Meskini et le boulevard Mohammed V.

De l'ancienne cathédrale du Sacré coeur, traverser le parc de la ligue Arabe pour prendre sur la gauche l'avenue Moulay Youssef. De beaux bâtiments Art déco s'élèvent sur l'avenue Hassan II en bordure du parc. Poursuivre sur le boulevard Alber Reitzer, que prolonge le boulevard du 11 janvier. Parvenu au croisement avec l'avenue Lalla Yacout, on pourra prendre à droite pour tourner ensuite à gauche dans le boulevard Hassan el Seghir. A nouveau sur la gauche suivre le boulevard Mohammed V avec le marché central où se trouvent de nombreux fleuristes. On verra encore de nombreux bâtiments de cette période tout au long de ce boulevard qui regroupe, avec l'avenue de l'armée Royale, les magasins , hôtels , restaurant et cafés les plus luxueux de la ville. Juste avant d'arriver place des Nations Unies, la rue du Prince Moulay Abdallah comporte, elle aussi de nombreuses battisses Art Déco.

La place Mohammed V, à la lisière de l'ancienne médina et de la ville moderne, constitue le centre névralgique de la ville autour duquel les principales artères s'ordonnent suivant un plan radioconcentrique. Un passage souterrain coiffé d'une coupole, due à l' architecte Zevaco, en facilité la traversée. La plupart des grand hôtels et des compagnies aériennes se trouvent dans le secteur, en particulier dans l'av des F.A.R .

Au nord , en direction du port, le boulevard Félix Houphouët boigny offre de nombreux magasins de souvenirs.

On gagne l'ancienne médina en traversant l'avenue des F.A.R. en arrière de l' hôtel Hyatt Regency, afin de rejoindre le boulevard Tahar el Alaoui qui suit le tracé de l'ancienne muraille. Il s'agit en fait d'une artère le plus souvent étroite, très passante et bordée de nombreux petits magasins vendant toutes sorte d'articles.

L'ancienne médina est partiellement ceinte de remparts du XVI et de nouveaux, construits pour en masquer la vue aux clients du Hyatt. Elle forme un lacis de ruelles enchevêtrées qui contrastent avec le modernisme des constructions de la ville actuelle. Pour qui a déjà vu d'autre médinas, celle ci n'es pas la plus intéressante. Il faut absolument éviter de s'y promener la nuit ; le jour , il faut être prudent si l'on est seul.

On parvient ainsi à la nouvelle porte, Bâb Jédid, dite aussi Bâb Marrakech, qui s'ouvre sur une petite place ombragée et ornée de fontaines.

De là, la rue el Afia pénètre dans la médina par le quartier du Tnaker. On tournera à gauche à l'extrémité de celle ci pour s'engager dans la rue Sidi Fatah qui croise la rue du Tnaker. On peut y voir sur la droite, l'église Buenaventura, fondé par les Espagnols en 1891.

On aboutit face à un jardin public, à hauteur duquel on prend sur la droite la rue de Sour Jédid qui atteint bientôt la petite place de Sidi el Kairouani. Là se situe le santuaire de Sidi el Kairouani érigé au début du XIX en l'honneur de ce saint personnage du XIV ,originaire de Kairouan, le premier patron de la cité.

A gauche  de la place Sqala est un ancien bastion du XVIII. d'ou l'on découvre les bassins du port de plaisance et du port de pêche.

Poursuivant au delà par la rue de la marine, qui passe devant  la mosquée Ould el Hamra, puis tout droit par la rue de la Douane qui se maintient parallèle au remparts et au boulevard des Almohades, on aboutit au square de Sidi Bou Smara où se trouve la Koubba de ce marabout et un petit cimetière, à l'ombre d'un beau figuier banian qui en fait l'un des coins les plus charmants de la médina.

Traversant cette placette pour en sortir par une arcade, on débouche rue Dar el Makhzen où l'on remarque la mosquée Dar el Makhzen ou Grande Mosquée, construite par le sultan Sidi Mohammed ben Abdallah.

Passant entre la mosquée Dar el Makhzen et le square de Sidi Bou Smara, on rejoint, vers l'este le boulevard Félix Houphouët boigny.

La corniche.

La mosquée Hassan II fait face à l'océan sur lequel elle a été en partie bâtie. Ce nouveau phare des croyants, chef d'oeuvre de l'art musulman, a été conçu par un architecte français et réalisé par des milliers d'artisans marocains. Après cette plongée dans le monde des mille et une nuits, on longera la corniche qui donne à la ville blanche son aspect balnéaire. En poursuivant le long de ce front de mer, on découvrira un marabout, très prisé des Marocains mais oublié des touristes. Enfin on reviendra par Anfa, le quartier chic. Quatre images très différentes de la métropole.

Départ : mosquée Hassan II.

Durée : 2 h 30 à 3 h compter 1 h au moins pour la mosquée Hassan II, puis une heure pour la corniche où on s'aretera prendre un verre, puis 30 mn pour le marabout et encore 30 mn pour revenir au centre.

Transport: en voiture ou bus n°9

L'impressionnante mosquée Hassan II , qui s'avance à la rencontre de l'ocena, est entourée d'une immense esplanade pouvant accueillir 80000 fidèles. S'etendant sur un site de 9ha, dont les deux tiers ont été pris sur la mer, elle a été conçue par l'architecte français Michel Pinseau. il aura fallu le travail de plusieurs milliers d'artisans venus de Safi, Marrakech et Fès, et près de six ans au groupe Bouygues pour l'achever. Au sommet du minaret, haut de 200m, un rayon laser indique jusqu'à 30 Km la direction de la Mecque.

De la mosquée Hassan II, suivre le boulevard Sidi Mohammed ben Abdallah, qui se prolonge par le boulevard de la corniche.

On passe d'abord devant le phare d'El hank, construit par les Français en 1905, avant de gagner Ain Diab, station balnéaire très appréciée des Casablancais, qui s'y rendent en nombre le week-end et le soir.

Parmi tous les hotels, restaurants, cafés et piscines qui se succèdent, on pourra remarquer le restaurant La Réserve, construit en 1933 par l'architecte George Renaudin. Ce bâtiment trés futuriste, construit sur de piliers de béton, s'avance sur l'océan comme une soucoupe volante.

En poursuivant le long de la plage sur environ 2 Km, on pourra apercevoir sur la droite le marabout de Sidi Abd er Rahman, petit village posé sur un rocher dans l'océan,qu'on n'atteint qu'à marée basse et en se déchaussant. Une trentaine de personne vivent sur le lieu romantique dépourvu d'électricité, d' où l'on a une belle vue sur Casablanca et loquée Hassan II.

Depuis Ain Diab, revenir sur ses pas pour prendre à droite le boulevard du Lido.

On gagne le quartier résidentiel d'Anfa, parsemé de superbes villas entourées de jardins. C'est ici qu 'eut lieu en 1943 la conférence de Casablanca, rencontre historique entre Churchill, Roosevelt et le général de Gaulle.

En tournant à gauche dans le boulevard Alexandre I prolongé par le boulevard d'Anfa et l'avenue des F.A.R.,on retrouve la place Mohammed V.

Vers le quartier des Habbous.

L'intérêt principal de cette promenade réside dans la médina des Habbous qui passionnera les férus d'urbanisme. Réalisée à partir de 1923 pour résorber les bidonvilles, elle fut très vite occupée par les musulmans aisée qui considérèrent comme une authentique médina. De fait, avec ses placettes, ses magasins et ses arcades, elle est beaucoup plus charmantes que l'ancienne médina.

Accès : à la hauteur de la place des Nations Unies, prendre à droite le boulevard de Paris puis sur la droite le boulevard du 11 janvier, prolongé par le boulevard Lahcen ou Ider. Suivre ensuite à gauche la rue Hadj Amar Riffi.

Durée : promenade de 10 Km environ en voiture; compter au moins 2 h en fonction des embouteillages.

Traversant un quartier résidentiel, on longe bientôt l'enceinte du palais royal de Casablanca.

De ce palais, qui jouxte le quartier des Habbous, on ne verra que des lampadaires dans le style Napoleon III et des canons sortant des remparts. Ce palais fut édifié dans les années 80.

Juste après, tourner à droite vers la place Moulay Youssef à partir de la quelle on pourra visiter à pied la nouvelle médina.

La nouvelle médina ou quartier des Habbous est un quartier musulman aux ruelles étroites réalisé à partir de 1923 afin de résorber en partie les quartiers misérables venus s'agglomérer autour de la métropole. Ce quartier fut conçue par l'architecte Edmond Brion. D'une construction soignée, agrémentée par des rues et places que bordent et chevauchent des arcades de pierre, il a pris, avec ses souks, ses boutiques d'artisans et magasins de souvenirs, le visage d' une médina traditionnelle.

On y remarque quelques édifices intéressants, tels que le mahakma du Pacha située le long du boulevard Victor Hugo. Achevé en 1952, le bâtiment servit de tribunal musulman et de salon official au pacha de Casablanca. Sa décoration, riche de plâtres artistiquement travaillés, s'est inspirée de l'architecture maghrébine traditionnelle.

la mahkama est séparée, par la place de ma mosquée, de la mosquée Sidi Mohammed ben Youssef. on peut encore voir à proximité la mosquée Moulay Youssef, élevée au centre d'une place bordée d'arcades.

Reprendre la voiture pour continuer par le boulevard Victor Hugo et suivre au delà du parc Murdoch, à droite l'avenue du 2 mars qui aboutit au rond point de l'europe.

A gauche l'église Notre Dame de lourdes, puissante masse de béton, fut élevée entre 1953 et 1956 par l'architecte A. D'angleterre et l'ingénieur Zimmer.

Depuis Notre Dame de lourdes, le boulevard Mohammed Zektouni, à gauche, puis l'avenue Hassan II, à droite permettent de rejoindre la place des Nations Unies.

A voir encore dans la région:

Azemmour ( 83 Km) , El Jadida ( 99 Km) , Kasba de Boulemane ( 132 Km) , Mohammedia ( 28 Km)

Au départ de Casablanca.

1-De Casablanca à Meknès par Khémisset ( 257 Km par la S106, asphaltée et peu fréquentée). Variante assez pittoresque de l'axe Casablanca Rabat Meknès. Quitter Casablanca par le boulevard Ibn Tachfine et suivre la direction de Tit Mellil et Meknès.

55 Km : Ben Slimane, au centre d'une riche région agricole et à l'orée de la foret de chênes liéges des Ziaida , marché le mercredi, moussem en septembre autour du marabout de Sidi Slimane.

82 Km : après la traversée de la riante vallée de l'oued el Bagra, panorama à droite sur les montagnes du pays des Zaer.

86 Km : Sidi Bettache, village et marabout sur l'ancienne piste impériale de Rabat à Marrakech, dans le foret de chênes lièges des Ziaida.

96 à 104 Km : beau parcours à travers la vallée de l'oued Korifla.

122 Km : Rommani Important marché le mercredi, moussem en septembre.

Suivre sur 6 Km la direction de Rabat et bifurquer à droite.

159 Km : col du Kaour, à 400 m d'altitude

165 Km : Maaziz.

200 Km : Khémisset.

257 Km : Meknès.

2- De Casablanca à Marrakech par le pays Rehamna ( 234 Km par la route P7). Cet itinéraire, qui ne présente d'autre intérêt que de permettre de gagner rapidement la prestigieuse capitale du Sud, traverse les principaux centres de production de phosphates.

Quittez Casablanca par l'avenue Moulay Hassan I et le boulevard brahim Roudani en direction de l'aéroport Mohammed V.

7 Km : laisser à droite la route d'El Jadida et poursuivre vers Berrechid.

66 Km : Settat, est le centre économique de la Chaouia, plaine peu accidentée  comprise entre l'embouchure du Bou Regreg, celle de l'Oum er Rbia. On peut y voir en plein centre une kasbah fondée vers la in du XVII par Moulay Ismail. Il y faisait étape lors de ses voyages de Fès à Marrakech.

A l'entrée de la ville, route S105 pour la kasba de Boulaouane.

114,5 Km : pont sur l'Oum er Rbia qui coule ici entre des coteaux gypseux où poussent les tamaris. La route traverse ensuite la plaine des Rehamna, steppe de terres quartzeuses et schisteuses peu cultivées.

136 Km : Benguerir, au milieu d'une steppe inculte ; marché le mardi.

On traverse ensuite la plaine de la Bahira où se trouve la dépression marécageuse de Sedd el Mejnoun. Selon Léon L'Africain, c'était au XVI un vaste lac poissonneux environné d'une région boisée et giboyeuse.

197 Km : Sidi Bou Othman , Hameau près de deux koubbas, parmi de vieux jujubiers sauvages. C'est là que le colonel Mangin remporta une victoire en aout 1912, qui permit à l'armée françaises d'entrer dans Marrakech.

Au delà de Sidi Bou Othman, la route franchit les Djebilet, les "petites Montagnes " par un col à 650 m d'altitude.

223 Km :  un pont construit vers 1170, sous le règne d'Abou Youssef Yacoub, enjambe l'oued Tensift.

224 Km : à gauche route du tour de la palmeraie de Marrakech.

234 Km : Marrakech.

© MarocTourisme.org 2006 | Contact