Tiznit

Derrière une belle enceinte crénelée de couleur ocre rose, Tiznit cache une médina, un mellah et un méchouar qui méritent une visite. La ville est également réputée pour son artisanat, en particulier les bijoux berbères et les armes finement ouvragées.

Une jeune ville marchande. Tiznit n'a été fondée qu'en 1882, sous le règne de Moulay el Hassan (1873-1894), au cours d'une expédition lancée par le pouvoir central pour obtenir la soumission du sous et des régions voisines de l'Anti-Atlas. Elle devint aussitôt un centre d'échanges avec l'Occident où affluaient les produits de la contrée. En 1912, le prétendant El Hiba se fit proclamer sultan et , reconnu comme tel dans tout le sous, parvint à rallier à sa cause de nombreux "homme bleus" originaires comme lui de Mauritanie. Il portait d'ailleurs leur vêtement, ce qui lui valut d'être appelé le "sultan bleu ".

Visiter Tiznit.

Durée : compter une à deux heures de promenade dans la ville, particulièrement animée pour le souk du jeudi.

Venant d'Agadir on pénètre par la port Bab Oulad Jarrar. Passé un pont et la place du Pacha, obliquer vers la gauche en empruntant la rue de l'Hôpital pour atteindre le méchouar, véritable coeur de la cité. Son vaste polygone bordé de boutiques protégées par des stores rayés sert à la fois de parking, de gare routière et d'emplacement pour le marché très animé du jeudi.

En quittant la place, par le fond, à gauche et en suivant les rues qui longent les remparts, on gagne le souk des bijoutiers dont les échoppes sont disposées autour d'une petite place rectangulaire. On y trouvera des bijoux berbères en argent parfois originaux, mais toujours travaillés d'une façon assez grossière. Les armes à incrustations, autre spécialité de Tiznit, sont plus finement ouvragées et même parfois décorées de filigranes d'argent. En cherchant bine, vous aurez peut être la chance de découvrir quelques fibules anciennes ou de lourd bracelets.

De la place du Pacha, gagner Bab el Khémis en passant devant la grande mosquée, dont le minaret est bizarrement surmonté de perches. On les dit placées là pour que les âmes des morts puissent s'y reposer.

Un peu plus loin sur la gauche se trouve la source bleue de Lalla Tiznit. Il s'agit en fait d'un simple bassin en ciment qui n'a d'autre intérêt que sa légende : une pécheresse convertie se serait retirée près de cette source et , à l'emplacement de l'actuelle Tiznit, aurait fondé une ville aujourd'hui disparue.

Continuer au delà de cette source par les rues Igui n Tfliouine et N dou tourgua jusqu'aux rempart que l'on attient à Bab Targua. En y montant et en allant vers l'ouest jusqu'à la porte suivante, Bab el Khémis, jolie vue sur la palmeraie et sur l'oliveraie.

Environs de Tiznit.

Sidi Moussa d'Aglou (17 Km nord-ouest par une bonne route goudronnée). Il s'agit de la plage de Tiznit, très attrayante en raison de la forte chaleur qui règne dans cette ville en été. A l'extrémité de cette belle plage, sur la droite, vous verrez, dans la falaise ,des habitations troglodytiques occupées par des pécheurs (amusant souk aux ânes et aux chameaux le mardi).

A voir encore dans la région:

Agadir (91 Km nord) ; Goulimime (108 Km sud-ouest) ; Tafraoute (107 Km est); sidi Ifni (75 Km sud ouest).

Au départ de Tiznit.

1- De Tiznit à Tafraoute ( 107 Km par la route 7074, revêtue mais étroite)

20.5 Km : Assaka ou Blagh à gauche sur l'asif Tazeroualt. Après avoir traversé une steppe aride se surélevant en molles ondulations, on atteint les premiers contreforts de l'Anti Atlas. On s'engage alors dans une gorge plantée d'arganiers, où s'ébattent de petits écureuils.

40 Km : route à droite pour la zaouia de Sidi Ahmed (11km) ou Moussa.

De là une piste conduit à Iligh (4km), ancienne capitale en partie abandonnée du district de Tazeroualt. Du XVI au XIX, le Tazeroualt fut gouverné par des marabouts idrisides, descendants du saint homme Sidi Ahmed ou Moussa ( mort en 1563). Son fils, Sidi Ali Bou Dmia, à la fois marabout et guerrier, put se constituer un fief indépendant du pouvoir central. il ne reste plus de cette ancienne résidence des marabouts que quelques koubbas où reposent les fondateurs de cette petite dynastie.

57,5 Km : col du Kerdous. Possibilité de halte à l'hôtel situé sur un piton que contourne la route, et qui offre depuis sa terrasse une vue magnifique.

60 Km : piste à droite pour Ifrane de l'Anti-Atlas.

67,5 Km : Tizourhan au delà duquel on quitte le plateau en s'engageant dans une gorge où poussent de nombreux amandiers.

98 Km : Arba n Tafraout ; marché des Ammelns le mercredi. Peu après, on décourvre une superbe vue sur une gorge verdoyante, très étroite et encadrée de massifs rocheux aux formes curieuses.

102 Km : Affella Wadag, village aux maisons décorées, près d'un agadir.

109 Km : Tafraoute.

2- De Tiznit à Goulimine par Sidi Ifni ( 131 Km par les routes 7064,7109 et 7129).

Quitter Tiznit vers l'ouest en direction de Mighleft.

26 Km : laisser sur la gauche Souk el Arba du Sahel, sur les bords de l'asif n Tiouinite dont on descendra la vallée.

35 Km : on atteint la côte atlantique à Gouzizim, établi en belvédère adessus de l'ocean. La route sinueuse longe jusquà Sidi Ifni un littoral embelli par la chute des derniers contreforts de l'Anti Atlas dans la mer.

44 Km : borj de Mighleft, sur la gauche audessus d'une petite localité animée par des souks.

47 Km : on traverse l'oued Salogmad A proximité de son embouchure, marabout de Sidi Mohammed.

75 Km : Sidi Ifni.

Au delà de Sidi Ifni, on peut poursuivre par une piste cotière qui gagne l'oued Assaka, ou oued Noun, à proximité de son embouchure. En suivant les gorges de cet oued, on parvient au village de Tiséguenane, puis à Goulimine.

95 km : Souk el Arba de Mesti ( souk le mercredi). Poursuivant à travres cette montagne aride aux formes alanguies, on arrive finalement en vue d'une large plaine caillouteuse.

131 Km : Goulimine .De là on pourra regagner Tiznit par la route directe qui passe par Bou Izakarn (108 Km).

© MarocTourisme.org 2006 | Contact