VOYAGE AU MAROC

Le Rif et la côte méditerranéenne

Tanger au passé cosmopolite, est devenue, malgré quelques nostalgiques, une ville résolument marocaine. Sur la côte méditerranéenne, petits ports de pêche et stations balnéaires se succèdent, dont certains ont gardé le souvenir de la présence espagnole des siècles passés.

Tanger . Refuge d'un petit monde désabusé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la ville a tiré un trait sur ce passé. Dans un site de toute beauté, elle se fait désormais la gardienne vigilante des 14 km de mer qui la séparent de l'Europe.

Chaouen . Au Sud-Est de Tanger, l'une des plus jolies bourgades du Maroc, aux maisons bleutées encastrées dans la montagne rifaine.

La route du cap Malabata. A l'Est de Tanger, le long de la côte du détroit de Gibraltar, une balade entre falaises abruptes, criques, plages isolées et adorables petits ports.

Tetouan . Une jolie cité dont la médina reste protégée sur trois côtés par sa muraille, tandis que la ville nouvelle a gardé de nombreux bâtiments du temps de la domination espagnole. Le cap Spartel et les grottes d'Hercule . A la pointe extrême Nord-ouest du continent africain, le cap marque le passage de la Méditerranée à l'Atlantique. Les grottes d'Hercule, excavations naturelles que la mer pénètre à marée haute, abritent des vestiges préhistoriques.

Fès, Meknès et le Moyen Atlas

Une région où l'histoire du Maroc se lit à livre ouvert: ruines romaines du temps de la Maurétanie, villes impériales où se sont succédé les dynasties, la cité sacrée de Moulay Idriss, où l'on ne peut entrer qu'à pied, ont pour toile de fond le Moyen Atlas, arrosé et fertile - c'est là que prend sa source le plus long fleuve du Maroc, l'Oum er Rbia.

Fès . La plus ancienne des villes makhzen (impériales) règne en capitale artistique, intellectuelle et religieuse du pays. Pour preuve ses nombreux monuments, parmi lesquels la médersa el Attarïn, la zaouia de Moulay Idriss, la mosquée el Qaraouiyyïn, ou le Dar Batha aujourd'hui musée des arts et traditions populaires. La medina, grouillante de vie, incroyable écheveau de ruelles coupées, de passages couverts et d'escaliers, offre un spectacle coloré, bruyant et odorant à ne manquer sous aucun prétexte.

Meknès. A moins d'une heure de Fès, Meknès, splendide et impériale, annonce sa magnificence dès sa porte principale, Bab Mansour el Aleuj. En dehors des palais, on ira voir le tombeau du souverain Moulay Ismail, l'inspirateur des grands travaux architecturaux de la ville, et qui en fit sa capitale. Remarquable héri es Souani, magasin a grains.

Volubilis. Tout près de Moulay Idriss s'étendent les ruines romaines les plus importantes du Maroc, sur lesquelles plane l'ombre de Juba II, roi de Maurétanie. Un vaste et superbe musée en plein air, où se distinguent la maison d'Orphée par sa splendide mosaïque, le capitole, la basilique, l'arc de triomphe, le Decumanus Maximus , la maison il l'Éphèbe et la maison au Cortège de Vénus, la plus belle demeure du site.

Moulay Idriss. A une vingtaine de kilomètres au Nord de Meknès, une petite ville blanche et calme, consacrée ville sainte. Elle héberge le tombeau de Moulay Idriss, fondateur de la première dynastie arabe (VIIIe s.) et saint vénéré. Elle s'anime chaque année d'un gigantesque et fervent pèlerinage.

Ifrane. Au Sud de Fès, un petit village de montagne, porte d'accès à une vaste forêt qui couvrait autrefois tout l'Atlas. C'est une base idéale pour plusieurs excursions: circuit des lacs ou balade dans le Mischliffen .

Taza. Proche du djebel Tazzeka, sur la route du Maroc oriental, elle possède une charmante médina: hors des circuits touristiques habituels, on découvrira tranquillement l'artisanat local.

Le djebel Tazzeka. A l'Est de Fès, un massif verdoyant au relief tourmenté, constitué en parc national. Un paysage surprenant creusé de gouffres, de grottes et de gorges. Depuis le sommet, belles échappées sur le massif rifain, la montagne de Fès et le Moyen Atlas oriental.

La côte atlantique entre Tanger et Agadir

C'est le Maroc moderne, le pôle de son développement économique, parsemé de stations balnéaires en plein essor et de ports marchands. De gros atouts pour le tourisme: le climat, doux toute l'année, de multiples plages de sable fin, les deux capitales du pays, Rabat et Casablanca, et des joyaux d'architecture militaire portugaise, étonnamment préservés - Asilah, El Jadida, Essaouira.

Rabat . La capitale du pays fait figure de sage provinciale. Un bijou: la kasba des Oudaïa et ses jardins andalous. La tour Hassan devait être le minaret d'un des plus importants monuments de l'Islam, resté inachevé.

Bab er Rouah, la porte des vents, est la plus belle de toute l'enceinte almohade. La nécropole mérinide de Chellah, sur l'emplacement de l'antique cité romaine de Sala. Salé, l'ancienne rivale de Rabat, lui fait face avec son authentique medina, sur l'autre rive du Bou Regreg.

Essaouira . Bâtie sur une presqu’île rocheuse, cernée de remparts roses, l'ancienne Mogador portugaise, proche d'Agadir et de Marrakech, a tout pour séduire: une architecture élégante, une mer idéale pour les surfeurs et une atmosphère paisible. Elle est réputée comme la ville privilégiée des artistes.

Asilah. Au Sud de Tanger, la cité s'enorgueillit de magnifiques remparts portugais du XVe siecle Elle cultive le souvenir de Raissouli, le brigand qui s'appropria la ville au début du siècle.

El Jadida. A mi-chemin entre Casablanca et Safi, une station balnéaire dont le port fortifié portugais veille sur l'Atlantique. La citerne portugaise est une construction souterraine étonnante.

Casablanca. La capitale économique du royaume, surtout remarquable pour son architecture coloniale des années 30 et pour sa vie nocturne très occidental. Mais il ne faudra pas manquer la toute récente et incroyable mosquée Hassan II.

Marrakech et le Haut Atlas

Ville oasis et ville impériale, Marrakech s'étend au cœur de la plaine du Haouz, admirablement située entre montagne et océan. C'est une excellente base de départ pour aller chercher la fraïcheur des embruns de l'Atlantique ou pour partir en randonnée vers les sommets du Haut ou du Moyen Atlas.

Marrakech. Le minaret de la Koutoubia et les remparts roses qui ceinturent la ville depuis le XIIe s.

veillent sur son patrimoine historique : par la porte Bab Agnaou, on accède à la mosquée de la kasba  et aux tombeaux saadiens. Le palais el Badi, «l'incomparable », le palais de la Bahia, la « brillante », et le Dar Si Saïd témoignent d'un passé prestigieux. Se conjugue toujours au présent l'animation de la mythique place Jemaa el Fna, lieu immense que se disputent bateleurs, artisans,charmeurs de serpent et autres artistes, jusque dans les souks de la médina.

La kasba de Télouet. Toute proche, fief de l'ancien pacha de Marrakech -le Glaoui -, elle se niche dans un paysage de genévriers et de chênes verts. Sobriété de l'architecture berbère et riche décoration intérieure, mais son état d'abandon fait apparaitre sa lente désagrégation.

Les cascades d'Ouzoud. Au Nord-Est de Marrakech, une chute d'eau de 100 m de hauteur se jette dans un gouffre envahi d'une végétation luxuriante. Non loin de là s'étend le lac artificiel du barrage de Beni Mellal.

La vallée des Aït Bougmez. Promenades à pied et surtout randonnées en 4x4 pour découvrir l'une des natures les plus généreuses et paisibles du Maroc, entre arbres en fleurs, cultures et pâturages. Escalade, canoe kayak, pêche (et ski en hiver) dans le massif du M'Goun.

Le col du Tizi n-Tichka. Au Sud-Est de Marrakech, en direction de Ouarzazate, le plus haut col routier du Maroc, à 2260 m d'altitude. Les panoramas sont garantis.

La route du Tizi n- Test, en direction de Taroudannt et Agadir, grimpe à 2 100 m dans un paysage grandiose.

D'abord boisé et peuplé sur le versant Nord de l'Atlas, il devient désertique sur le versant Sud Depuis le col, vue magnifique sur la vallée du Sous.

La vallée de l'Ourika. A une vingtaine de kilomètres au Sud de Marrakech, l'oued Ourika serpente entre les flancs splendides du Haut Atlas dans lesquels semblent s'imbriquer les villages ocres en pisé.

L'Oukaïmeden. Au Sud de Marrakech, à 2650 m d'altitude, au milieu d'un vaste alpage, c'est la meilleure station de ski du Maroc. On la rejoint en remontant au-delà de la vallée de l'Ourika.

Ouarzazate et le Grand Sud

A Ouarzazate se croisent les chemins du Grand Sud marocain, un pays à la beauté âpre, fait de montagnes pierreuses et de désert. Les oasis des vallées apparaissent comme autant de miracles, tandis que les kasbas, ces impérieuses fortifications de terre qui servaient de sentinelles, se dressent, témoins d'une architecture berbère originale.

Ait Benhaddou. A quelques kilomètres au N. de Ouarzazate, un magnifique village de terre fortifié, inscrit au patrimoine de l'humanité par l'Unesco.

La vallée du Dadès. De Ouarzazate à Tineghir, au pied du versant Sud de l'Atlas, une succession de villages le long des oueds Dadès et M'Goun, ou l'on peut admirer l'architecture de terre: à Skoura, les kas bas d'Amerhidil et de Dar Ait Sidi el Mati, et El Kelaa des Mgouna.

Les gorges du Dadès. Au départ de Boumalne du Dadès, sur la route des kasbas, un impressionnant canyon, qui se resserre peu à peu jusqu'à ne plus former que deux parois abruptes.

Les gorges du Todgha. A partir de Tineghir, au bout de la route des kasbas, un défilé d'une hauteur vertigineuse : 300 m résolument à pic.

La vallée du Dra. Née des oueds Dadès et Ouarzazate, une vaste plaine sableuse. De Ouarzazate à Zagora, une route aux paysages arides, égayée par une succession de palmeraies, mène aux portes du désert. Agdz et la kasba de Tamenougalt, toute proche; superbes villages de terre, Oulad Atmân, Igdâoun et le ksar de Tinzouline.

Ouarzazate. C'est avant tout l'étape privilégiée - bon équipement hôtelier - pour des excursions dans le Grand Sud. Mais on y verra aussi l'ancienne résidence du Glaoui, la kasba de Taourirt, et un centre artisanal de fabrication de tapis.

Agadir, l'Anti-Atlas et le Sud atlantique

Des kilomètres de sable fin, l'océan, et moins de touristes au fur et à mesure qu'on descend vers le Sud ,l'idéal pour qui aspire à la détente.

Dans l'arrière-pays immédiat s'étend la riche plaine du Sous, plantée d'orangers, de citronniers et de bananiers... tandis qu'autour s'élèvent les premiers contreforts de l'AntiAtlas avec ses villages roses aux greniers inexpugnables, les agadirs.

Tafraoute. Au Sud-Est d'Agadir, ce bourg, niché dans un site montagneux spectaculaire, est à voir surtout en février quand les amandiers sont en fleurs. Aux alentours, étonnants « agadirs» accrochés aux falaises. Col du Kerdous, villages en pisé - dont Adaï, agrippé à la montagne; et la vallée des Ammeln, au milieu d'un chaos rocheux.

Taroudannt. Sur la route d'Agadir à Marrakech, l'ancienne capitale du Sous est aujourd'hui une ville paisible. Témoins de son passé tumultueux, ses magnifiques remparts de couleur fauve, bastionnés et crénelés.

Agadir. Une ville entièrement reconstruite après le séisme de 1960. Résolument tournée vers le tourisme, elle étale ses plages, ses hôtels, ses activités sportives le long d'une baie de 9 km. Excellent point de départ pour des excursions dans l'Anti-Atlas.

© MarocTourisme.org 2006 | Contact